Menu

Focus éducateurs / Farid Ayad (U18) : « Préparer le joueur à jouer dans le championnat national U19 »

Rédigé le Mercredi 30 Janvier 2019 | Lu 202 fois



Ce mercredi, nous vous proposons de partir à la découverte d’un nouvel éducateur de l’académie du Sporting Club Bastiais : Farid Ayad qui est à la tête des 18 ans élite depuis deux mois et le départ de Stéphane Guilleman au Maroc. Entretien ci-dessous.

- Pourrais-tu nous retracer ton parcours d’éducateur ?
« J’ai fait mes débuts à l’AS Pieve di Lota, à l’école de foot pendant 6 années. J’ai ensuite rejoint l’EFB en U13 pendant 4 ans. Retour à la Pieve di Lota pendant une saison avec les U15 avant de rejoindre pendant 4 saisons les U19 et U18 du Borgo FC, devenu plus tard le FCBB.»

- Peux-tu dresser un premier bilan de ta catégorie ?
« A mi-saison, le bilan est très positif. Quelques joueurs U18 intégrés en séance voire en match avec les U19. Un groupe qui est très en demande et qui a plaisir à se retrouver ensemble, un collectif qui intègre bien les principes de jeu que l’on a développé et qui progresse.»

- Une question un peu plus décalée maintenant : quelles sont selon toi les qualités que doit avoir un éducateur ? T’inspires-tu d’un modèle au quotidien ?

« D’abord des qualités d’écoute et de bienveillance ; chaque joueur a sa personnalité propre et il faut savoir qui l’on en a face à soi pour pouvoir en tirer le meilleur. Il faut également être soi-même très rigoureux et exigeant dans sa préparation pour avoir en retour le niveau d’exigence souhaité. Dernière qualité et pas des moindres, l’exemplarité ; un éducateur éduque, nous nous devons de montrer ce que doivent être les bonnes attitudes sur et en dehors du terrain.

Je n’ai pas de modèle en particulier mais une préférence pour ces coachs qui prônent le jeu et la prise de risque au profit du résultat ; c’est aussi mon intime conviction.»

- Comment prépares-tu tes séances d’entraînements ? Est-ce que tu fonctionnes sur des cycles au mois ? sur 2-3 semaines ? Est-ce que tu t’imposes des thèmes sur tes séances d’entraînements ?  
« L’objectif pour cette catégorie, c’est de préparer le joueur à jouer dans le championnat national U19. Je travaille donc sur une programmation annuelle découpée en cycles de 4 semaines en abordant une notion nouvelle chaque semaine. Ces thèmes sont directement liés à nos objectifs de formation, à notre projet de jeu et aux valeurs du Sporting. »


- On a souvent un raccourci qui est de penser qu'être éducateur n'est pas contraignant, alors que c'est tout l'inverse ! Peux-tu nous décrire comment se déroule une semaine de préparation de match pour toi ? 

« Être éducateur est très contraignant et en même très passionnant. Cela demande un gros travail de recherche et beaucoup d’heures de préparation de séance. La difficulté réside aussi dans le fait de devoir concilier tout cela avec mon métier d’enseignant et ma vie personnelle. Mais nous sommes dans une aventure humaine et le plus passionnant reste la gestion de l’humain ; accompagner ces jeunes joueurs, adultes en formation est un réel plaisir. »

- Beaucoup d'éducateurs réalisent mensuellement une séance vidéo avec leur groupe. Te concernant, privilèges-tu ce fonctionnement ou au contraire tu préfères la méthode terrain en plaçant ou déplaçant tes joueurs en fonction de ton schéma de jeu ? 
« Le travail vidéo est un travail que j’affectionne particulièrement car il offre une autre entrée dans la formation du joueur. La force des images vient compléter le travail réalisé sur le terrain à travers les arrêts flashs et les corrections, le but étant d’aider le joueur à construire un répertoire mental d’actions et de réduire le champ des situations nouvelles susceptibles d’être rencontrées en match, d'accélérer la prise de décision, autrement dit, le rendre intelligent. »

- Pour parler des matches, -sans dévoiler trop de choses tactiques-, comment prépares-tu tes matches et ta causerie d'avant-match ? 
«  Étant donné qu’il n’y a aucune obligation de résultat pour cette catégorie mais juste un objectif de formation, je le  considère comme un entrainement En revanche, j’attends sur la compétition la mise en œuvre des procédés travaillés en semaine. Ma causerie ne se fait pas sur l’adversaire mais sur nous-mêmes en développant les principes qui vont guider notre animation offensive et défensive ainsi que notre plan de jeu, l’idée étant de s’imposer à l’adversaire. «

- Pendant un match, chaque éducateur a sa façon particulière de le vivre : quelle est la tienne ? 
« Mon rôle est d’abord de les maintenir dans le haut niveau d’exigence qui doit être le notre, alors j’anime beaucoup sur le banc, je corrige… avec beaucoup de bienveillance. »

- Pour terminer, as-tu un souvenir ou une anecdote qui te vient en tête depuis que tu es au Sporting ? 
« Ayant intégré le club il y a 4 mois, je n’ai donc pas encore assez de vécu dans le club pour relater des souvenirs mais chaque moment passé en séance avec le staff et les joueurs est un moment privilégié.     

J’ai tout de même une anecdote, elle concerne mon ami Stéphane Guilleman. Lors de ma première sur le banc avec lui, contre Afa, les joueurs avaient perdu un ballon à l’échauffement. Il avait juré sur tous les Dieux que le match ne se jouerait pas s’ils ne retrouvaient pas ce fameux 13ème ballon. Nous ne l’avons pas retrouvé mais lui a pu retrouver la raison et nous avons pu jouer (rires). «




Propos recueillis par André Carli



 




Turchinita sur Facebook